Patrimoine Aquitain de l'Education

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Créer un PDF Recommander Imprimer

La jeune fille et Flaubert -Lettre de la directrice du lycée de jeunes filles au recteur de l’académie de Bordeaux, 1895

  • Auteur
    Directrice du lycée de jeunes filles de Bordeaux
  • Date
    1895
  • Type d'archives
    Correspondance
  • Thème
    Enseignement secondaire des jeunes filles
  • Lieu concerné
    Bordeaux

Université de France
Lycée de jeunes filles
44, rue David-Johnston

                                                                                                                                                                                                                         26 janvier 1895

     Monsieur le Recteur,
   J'ai l'honneur de vous informer d'un fait grave qui s'est produit au lycée mercredi.
Une élève de première année, Mademoiselle G......, a apporté au lycée et a prêté à une de ses compagnes un des romans de Flaubert : « Madame Bovary ».
   Madame P., la mère de l'élève à qui le livre a été prêté, nous a rapporté, le jour même, l'ouvrage qu'elle avait trouvé entre les mains de sa fille, afin que nous puissions immédiatement ouvrir une enquête à ce sujet.
   Madame G., sur mon invitation, est venue me parler hier. J'ai fait appeler la fillette qui a affirmé ne pas avoir lu l'ouvrage.
   Cependant Mademoiselle P. dit n'avoir jamais demandé aucun livre à Mademoiselle G. ; sa compagne lui aurait apporté d'elle-même Madame Bovary en lui disant : « cet ouvrage m'a beaucoup intéressée, j'espère qu'il vous intéressera aussi ».
   Voudriez-vous, Monsieur le Recteur, me donner un conseil sur la mesure à prendre dans cette circonstance. Je dois dire à la décharge de Mademoiselle G., qu'elle ne s'est pas procuré le livre en dehors de sa famille, elle l'a pris dans la bibliothèque de son père.
J'attendrai votre réponse pour prendre une décision et en informer la famille.
Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l'hommage de mon profond respect.
La directrice

Le 28 janvier 95 (lundi) réponse à directrice (visée par Inspection) : Mademoiselle G. sera privée d'aller au lycée jusqu'à vendredi prochain pour avoir pris un livre dans la bibliothèque de son père et d'avoir lu sans permission.
Recommande vigilance à tout le personnel du lycée.

Du 1er octobre au 15 décembre 1856, la Revue de Paris publie dans six numéros consécutifs un roman inédit de Gustave Flaubert, Madame Bovary. Le directeur de la revue a exigé de son auteur des coupes et censuré certaines scènes. S'en sont suivis un procès pour outrage aux bonnes moeurs et à la morale publique et religieuse puis un acquittement. Dès qu'il reçoit l'un des volumes de l'édition originale en avril 1857, Flaubert, désireux d'éterniser la bêtise du Censeur, reporte une par une les corrections exigées et commente la suppression imposée de quelques scènes-clés : la noce, les comices, le fiacre, le pied-bot.

  • Lieu d'archivage
    Archives départementales de la Gironde
  • Références

    Archives départementales de la Gironde, T 188, Lettre de la directrice du lycée de jeune fille de Bordeaux au recteur, 26 janvier 1895.

    Citée dans l'ouvrage Histoire de l'académie de Bordeaux et de ses recteurs, sous la direction scientifique de Jean-Paul Grasset et Jean-Paul Jourdan, Bortdeaux, CRDP d'Aquitaine, 2008. Le CD-Rom qui accompagne l'ouvrage contient des documents législatifs, statistiques et cartographiques relatifs à l'histoire de l'institution rectorale et de l'académie de Bordeaux.

Vous êtes ici : Archives retranscrites ou numérisées Archives numérisées ou retranscrites Archives retranscrites La jeune fille et Flaubert -Lettre de la directrice du lycée de jeunes filles au recteur de l’académie de Bordeaux, 1895